En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée Logo INRA

PSDR Occitanie - Pour et Sur le Développement régional

La durabilité des exploitations de polyculture-élevage en zones défavorisées en question - Interview de Julie Ryschawy

Photo de réunions
© Julie Ryschawy
Quels sont les facteurs de durabilité des exploitations de polyculture-élevage ? Comment définir les critères d'une gestion pérenne et innovante de ces exploitations et, ainsi, dessiner des stratégies assurant leur maintien dans le paysage agricole ?

Les travaux conduits par Julie Ryschawy, qui vient de soutenir son doctorat(1), s'attachent à répondre à ces différentes problématiques, au travers d'une recherche engagée sur le terrain et en forte interaction avec les acteurs locaux. Cette recherche s'inscrit en partie dans le cadre du projet CHAPAY (PSDR3 Midi-Pyrénées)(2).

PSDR : Vous venez d’achever votre doctorat, pouvez-vous nous en expliciter le thème, les enjeux, ainsi que les principaux résultats ?

Julie Ryschawy : Mon doctorat a porté sur les conditions de durabilité d’exploitations de polyculture-élevage en zones défavorisées simples. J’ai travaillé sur un cas d’étude dans les Coteaux de Gascogne, où les exploitations de polyculture-élevage représentent encore la moitié des exploitations.

Nous avons d’abord conduit une analyse multicritères de la durabilité économique et environnementale d’exploitations de polyculture-élevage locales par rapport aux systèmes spécialisés. Les exploitations de polyculture-élevage locales, bien que très hétérogènes, paraissent un bon compromis.

Une analyse des trajectoires passées des exploitations locales nous a ensuite permis d’éclairer quatre types de « chemins pour durer » en polyculture-élevage. Parmi ceux-ci, deux sont apparus pertinents pour le maintien de la polyculture-élevage en contexte incertain : « Maximiser l’autonomie » et « Diversifier les ateliers ».

Nous avons ensuite co-construit avec des agriculteurs, maires et conseillers, deux scénarios techniques prospectifs en lien avec ces deux types de trajectoires. Pour le type « maximiser l’autonomie », implanter des intercultures fourragères permettrait de favoriser l’autonomie alimentaire du troupeau en maintenant la fertilité des sols. Pour le type « diversifier les ateliers », finir des génisses permettrait de les valoriser en circuit court. Ces scénarios ont été simulés informatiquement avec des agriculteurs locaux, puis discutés collectivement.

409694_10151184458725921_1712274152_n

P1020055

Julie RyschawyRéunion avec les agriculteurs des Coteaux de Gascogne

Cette recherche s’inscrit dans une dimension partenariale essentielle. Pouvez-vous nous indiquer avec quels acteurs vous avez collaboré ainsi que la plus-value d’une telle démarche de recherche ?

J.R. : Ce travail a été conduit avec un groupe local de recherche en partenariat impliquant les agriculteurs et maires de quatre communes des coteaux de Gascogne (Saint-André, Eoux, Esparron et Peyrissas), l’Association de Vulgarisation Agricole du canton d’Aurignac, les conseillers de la chambre d’agriculture de Haute-Garonne et des chercheurs de l’UMR Dynafor.

La co-construction des résultats avec les partenaires a permis de donner un caractère concret et adapté localement à ce travail. L’implication des partenaires via des réunions collectives successives leur a permis de s’exprimer et de nous aider à orienter nos travaux dans le sens de leurs préoccupations. L’appropriation des résultats et donc leur utilité en sera donc renforcée.

Enfin, en quoi ces résultats permettront-ils aux acteurs de faire évoluer leurs pratiques ou leur conception de leur travail ?

J.R. : Les résultats des scénarios prospectifs ont permis aux acteurs d’échanger collectivement sur la possibilité de les adapter chez eux. Plusieurs agriculteurs du groupe de travail souhaitent en particulier tester la mise en place d’intercultures fourragères dès l’année prochaine.

Concernant la conception de leur métier, les agriculteurs locaux ont considéré que le rendement du tout est plus important que les performances individuelles de ses parties.

Article FranceAgri

Article de la France agricole

(1) Doctorat sous la direction de Annick Gibon (UMR Dynafor) et Alexandre Joannon (UR SAD Paysage, Rennes).

(2) Le projet PSDR3 CHAPAY, co-animé par Annick Gibon et Jean-Philippe Choisis (UMR Dynafor) visait à établir des connaissances et des outils permettant d’aider les acteurs du développement à comprendre et mesurer les interactions entre les transformations des activités agricoles et le changement de la structure et des propriétés des paysages, et à évaluer leurs conséquences pour le développement durable des activités des filières et des territoires.

L’objectif était donc d’aider à identifier les orientations des politiques sectorielles et territoriales à même de répondre à la multiplicité des enjeux de développement attachés à ces interactions (durabilité des activités agricoles et forestières et des filières de production ; services des écosystèmes aux plans écologique, économique et social).

Documents à télécharger