ATA-RI : Accompagnement des transitions agroécologiques – la Recherche pour une Ingénierie

Le projet ATA-RI : accompagnement de la transition agroécologique

ATA-RI : Accompagnement des transitions agroécologiques – la Recherche pour une Ingénierie

Quelle définition de la performance et comment l’évaluer dans les projets de transition agroécologique de l’agriculture ? Quels sont les déterminants communs de systèmes agricoles en transition agroécologique ? Quel est le rôle de l’action collective dans ces processus ? Quel fonctionnement et quel mode d’animation des collectifs engagés dans cet accompagnement de la transition agroécologique ? En s’appuyant sur une diversité de cas d’étude, le projet ATA-RI, mené de 2016 à 2020, s'est penché sur comment l'accompagnement de la transition agroécologique peut intégrer la singularité, la diversité, la complexité et l'incertitude.

Une recherche portant sur le changement de pratiques en train de se faire

Nous avons choisi d’étudier la transition en train de se faire afin de voir la façon dont les acteurs l’appréhendaient. Nous nous sommes donc intéressés à leur activité et à la façon dont ils la modifiaient. Notre stratégie scientifique comportait deux niveaux :

  • Accompagner et de développer une approche réflexive sur une diversité de travaux de recherches conduit en partenariat sur des questions relevant de la problématique de l’accompagnement de la transition agroécologique. 12 cas d'études ont été menés, sur des terrains et avec des partenaires variés.

Découvrir les résultats de chacun des 12 cas d'étude en cliquant ici

(possibilité de les recevoir gratuitement par courrier jusqu'au 15 juin 2021)

  • Produire une vision partagée de ce qu’est une transition agroécologique et de comment l’accompagner.

L'accompagnement des transitions agroécologiques tel que conceptualisé dans le projet ATA-RI

Cliquez sur l'image pour découvrir le document

S’engager dans la transition agroécologique : un changement profond qui questionne la relation entre connaître et agir

Pour beaucoup d’acteurs, s’engager dans la transition agroécologique n’est pas encore d’actualité. Cet engagement, lorsqu’il a lieu, procède souvent de l’adoption de normes existantes comme l’agriculture biologique. Cependant, cette adoption n’est un gage de durabilité accrue que si elle s’accompagne d’une reconception des pratiques et du système socio-technique. Cette reconception peut également s’appuyer sur le développement d’une pratique innovante sur la ferme comme le croisement laitier inter-races. Elle peut aussi être pensée de façon plus systémique prenant la forme d’une quête d’autonomie ou de qualité. La recherche de meilleurs résultats économiques est un facteur important d’engagement dans la transition ; or certains conseillers s’avouent démunis pour l’accompagner.

Plus globalement avec le changement de pratiques se jouent une redéfinition des normes professionnelles et une évolution du mode d’accompagnement.

Ces enjeux ne sont bien souvent pas clairement identifiés par la profession. Le modèle de transfert de connaissances, associé à une gestion de projet basée sur une planification inflexible et à un mode d’évaluation portant sur l’écart entre le prédit et le réalisé, demeure dominant. Ceux qui sortent de ce modèle développent des méthodes d’animation permettant de donner du sens aux expériences individuelles afin de construire des ressources génériques. La transition s’accompagne pour les agriculteurs d’un développement personnel et de socialisation au sein d’un collectif qui redéfinit la norme. Étudier ces processus permet de les intégrer dans les pratiques d’accompagnement.

La transition vue comme la nécessité de quitter une situation jugée intenable

Notre système agri-alimentaire est jugé comme peu durable. La crise de la Covid-19 a rendu désirable le développement de systèmes agri-alimentaires locaux durables tout en pointant la nécessité de mieux gérer l’incertitude et la complexité dans l’action. Le premier enjeu est identifié comme un défi clé pour l’Occitanie. La gouvernance est citée comme un élément-clé de [la] transition vers des systèmes alimentaires durables devant reposer sur des mécanismes […] inclusifs et participatifs. Mais comme le souligne le philosophe J. Habermas, la Covid-19 a également éclairé d’une lumière crue ces situations où cette gouvernance doit se doter d’une capacité à agir dans le savoir de notre non-savoir. Or A. Stirling, professeur à l'Université de Sussex, pointe le naufrage de la conduite du changement et de la gestion des crises basée sur l’idée du contrôle et de la mise en conformité d’un réel selon les preuves scientifiques : nous ne pouvons ni tout prédire ni tout contrôler car l’incertitude et la complexité du monde nous en empêchent.

C’est bien à ce problème que sont confrontés les agriculteurs : ils savent qu’ils ne peuvent plus produire de la façon dont ils le faisaient mais une majorité d’entre eux ne savent pas, voire ne peuvent pas, faire autrement. Le projet ATARI questionne la façon de les accompagner dans cette transition vers une agriculture et une alimentation durable. Retrouvez en détails les résultats du projet.

La transition en train de se faire

Quelques outils pour accompagner la transition agroécologique

Plus que des références, nous avons produit des heuristiques pour aider à penser : outil de débat sur les protéines animales et végétales, fiches décrivant des innovations agroécologiques, outil de diagnostic agroécologique des systèmes d’élevage (DACAR), outil web Capflor® pour concevoir des prairies à flore variées, méthode basée sur l’utilisation d’un artéfact culturel (la qualité) pour mener les actions collectives, méthode d’accompagnement au changement de pratiques agricoles entre pairs (SALSA), méthode de prospective pragmatique afin de produire une intelligibilité accrue de la situation de l’agriculture sur un territoire donné. Nous travaillons à proposer quelques principes d’accompagnement formalisés dans une offre de formation. Enfin, parce que les mots sont des outils du changement, nous avons également soutenu le développement du dictionnaire d’agroécologie en français et en anglais qui comprend plus de 100 définitions et 40 vidéos.

Fiche d'identité du projet ATA-RI

  • Porteur du projet : Laurent Hazard, UMR AGIR INRAE
  • Partenaires de recherche : UMR AGIR, LEREPS
  • Partenaires du développement territorial : CONFÉDÉRATION DE ROQUEFORT, PNR GRANDS CAUSSES, CA12, CA31, CIVAM BIO 09, AVEM, UNOTEC, EPL SAINT AFFRIQUE, CER31, APABA, BIO82, SCOPELA, Association BLEU BLANC COEUR, Coopérative LES BERGERS DU LARZAC, ACVA, La plateforme d’agroécologie d’Auzeville
  • Durée : du 1er janvier 2016 au 30 juin 2021

Contact

Laurent Hazard : laurent.hazard[a]inrae.fr

Voir aussi

Découvrez : 

Date de modification : 08 juin 2023 | Date de création : 25 février 2016 | Rédaction : Laurent Hazard